Propos liminaire : Je publie cet article de façon à ce que le couple que j'ai rencontré à la plage de La Lède (et que j'ai appelé M. et N.) sache que nos moments ensemble ont été si amicaux et courtois que je tiens à en rendre compte ici ...

Si vous, M. et N., me lisez et souhaitez me contacter ou m'écrire, vous le pouvez en utilisant l'option "Contactez l'auteur" sur la partie gauche de cette page, juste sous ma photo en portrait.

 

-o-o-o-o-o-o-

 

Ce lundi 21 mars, malgré un vent du nord froid, plein soleil sur la Charente Maritime et son littoral royannais : j’ai choisi d’aller me promener, disons d’aller rôder, sur les bords de la plage naturiste de La Lède.

C’était très loin du niveau de fréquentation estivale, et qui plus est, les tenues des quelques hommes présents restaient « habillées » contrairement aux « simples appareils » portés dans ce coin dès que les températures sont supérieures à 25°C !

Prête à prendre le chemin du retour, j’entrevois, en bord immédiat de la plage, derrière des buissons épars, un couple allongé sur la dune, a priori habillé …

Je longe le bord de plage, sans me cacher, mais sans pénétrer dans le rayon d’intimité de ce couple auquel il a droit, mais qui, dans un tel endroit propice aux exhibitions et pratiques libertines, est violé par tant d’hommes indélicats, maladroits et certainement sexuellement frustrés et/ou en manque de satisfaction !

C’est le regard de Madame, que j’appellerai par la suite M., que j’ « accroche » en ne détournant pas mes yeux, tout en gardant une attitude non provoquante : elle me sourit légèrement, je lui dis « Bonjour », et je saurai plus tard, après avoir engagé la conversation avec elle et son compagnon, que c’est mon attitude à la fois directe, douce et respectueuse qui l’a impressionnée …

Je dépasse leur position allongée, puis fait demi-tour, restant toujours à une dizaine de mètres : je remarque alors que M. caresse lentement le sexe de Monsieur, que j’appellerai par la suite N., me regarde à nouveau et me montre avec ses lèvres entr’ouvertes qu’elle souhaite me murmurer quelques mots.

C’est un signal que j’interprète (à juste titre) comme une invitation à engager une conversation, je m’approche et entends ces mots que M. prononce à voix basse : « Êtes-vous bi » ?

Comme j’ai acquiescé d’emblée, M. me propose de sucer le sexe de son compagnon, et, de façon sans doute à créer avec lui un climat complice et empreint de surprise, lui recouvre le visage d’un châle noir.

Le sexe de N. durcit à vue d’œil, M. encourage N. en lui commentant la scène de cette fellation, et sans surprise vu le lieu où nous étions, de nombreux hommes se sont approchés : ils s‘intéressent uniquement à M., cherchent, parfois avec succès si j’en juge les cris de plaisir de M., de l’exciter au niveau de son sexe et de ses seins.

M. leur pose la même question qu’à moi quant à leur éventuelle bisexualité.

Un seul des 5/6 hommes à présent agenouillés autour de nous avoue une « légère » bisexualité : après que j’ai sucé longuement le sexe de N., léché ses parties génitales, à la demande de sa compagne M. puis, après avoir obtenu le « feu vert » de M., léché l’intimité anale de son compagnon N., M. a demandé à son compagnon de sucer cet homme « bi », qui a préféré pénétrer M. qui craignait que le sable irrite son intimité vaginale : il a ensuite rapidement joui dans le sable.

Un des autres hommes a également joui, après s’être masturbé en regardant la scène.

Comme cela est fréquent lors de telles rencontres spontanées, tous les hommes se sont éloignés très vite et sont partis, et j’allais faire de même, quand j’ai demandé à M . et N. si je les retrouverais jeudi après-midi, car j’ai prévu de sortir à nouveau, au sex-shop Bois d’amour de Saintes ou dans les sous-bois le long de la plage de La Lède.

Nous étions alors tous 3 rhabillés, et avons fortuitement engagé une conversation un peu dans le désordre, sur nos expériences libertines respectives : l’ambiance était très courtoise mais les questions et la curiosité de M. et N. étaient directes et j’ai été amenée à leur parler d’une part de mes penchants sado-masochistes comme soumise, de ma recherche de féminité en tant que Sophya, et d’autre part de la complicité que j’ai établie avec mon épouse et que j’ai relatée par ailleurs sur ce blog.

M. et N. se sont montrés très friands d’informations en me demandant de nombreuses précisions sur les pratiques sado-masochistes, et leurs « limites » qui risquaient d’être poussées toujours plus loin, provoquant alors une éternelle insatisfaction.

J’ai ressenti bien sûr dans ces questions les idées véhiculées par le « on-dit » et les médias sur le monde BDSM, mais M. et N. se sont montrés très ouverts, prêts à écouter l’avis d’une personne comme moi, pratiquante du SM, et cherchant à comprendre les ressorts cachés des relation de domination/soumission, l’autre « complicité » que l’exaltation des sens poussée à l’extrême pouvait créer dans un couple dominant-e/soumis-e.

M. a alors avoué avoir ressenti un certain plaisir mental en me demandant de « m’occuper » du sexe de son compagnon, c’est à dire en prenant ouvertement l’initiative de « soumettre » son compagnon à une fellation prodiguée par une personne inconnue de lui, et en quelque sorte en se montrant « dominatrice » : je lui ai confirmé que la relation de domination/soumission pouvait prendre de multiples formes, selon ce que les partenaires en présence désirent ou sont prêts d’accepter, et la forme d’autorité que M. avait découverte à l’égard de son compagnon N. en faisait partie à part entière !

M. et N. s’intéressaient aussi aux clubs BDSM de la région, et nous avons évoqué, sans surprise, le club Elixyr, où M. était allée une fois, un jour où le donjon était ouvert (le 2ème vendredi du mois) et le Véra’s Club : je leur ai décrit les décors respectifs des lieux dédiés aux jeux BDSM dans ces 2 clubs.

Le moment étant venu de quitter la plage, nous avons regagné le parking : je leur ai alors proposé de visiter mes 2 blogs dont les adresses se trouvent facilement à l’aide d’un moteur de recherche en y entrant « Sophya transgenre ».

Merci à M. et N. d’avoir montré autant de curiosité que d’esprit d’initiative, d’avoir manifesté un tel esprit anti-conformiste en cherchant à découvrir des facettes du libertinage et des jeux SM que ce couple ignorait jusqu’à présent : M. et N. reviendront à la plage de La Lède cet été, c’est leur intention, et c’est tout le bien que je leur souhaite bien sincèrement !